Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La psychologie du travail a-t-elle sa place dans le monde des RH?

Bonheur et Santé

22 Septembre 2013 , Rédigé par Marguerite Weber Publié dans #Réflexions

Le terme de « mal être » au travail a fait débat. Le besoin de positiver ce terme l'a fait évoluer vers le « bien être » au travail. Par ailleurs, certains chercheurs se sont posés la question de l'impact du bonheur sur notre santé physique.

 

La question du bonheur n'est pas récente. Les grecs se disputaient déjà sur sa signification et la meilleure façon de l'atteindre. Je ne vais pas m'étendre sur l'aspect philosophique du sujet. Je laisse cette partie de la réflexion aux philosophes.

 

Pour résumer, il y a deux façons d’accéder au bonheur : le bonheur hédonique et le bonheur eudémonique.

  • Le bonheur hédonique est plus centré sur soi même, sur une recherche d'un bonheur immédiat, par la satisfaction d'un besoin personnel comme faire un bon repas. Le bonheur hédonique est centré sur son propre bonheur.
  • Le bonheur eudémonique est tout autre. L'individu atteint le bonheur en satisfaisant les besoins d'un autre, ou en accomplissant une action qui comblera le plus grand nombre. Le bonheur eudémonique est synonyme d'altruisme. Il est centré sur l'autre ou sur la communauté. Le bonheur que l'individu provoque chez l'autre, lui procure indirectement du bonheur à lui même. Ainsi, une mission menée avec succès pour l'entreprise ou un soin donné à une tierce personne sont des exemples d'actions qui amènent un bonheur eudémonique.

 

Deux chercheurs américains, B.L.Fredrickson et S.Cole, ont étudié les effets de ces deux types de bonheur, hédonique et eudémonique, sur notre organisme. Leur étude a été conduite sur 84 individus de 35 à 64 ans, maîtrisant la langue anglaise et ne présentant aucune pathologie mentale ou physique chronique. Tous se disaient en situation de bien être.

L'équipe de chercheurs a démontré que ces deux types de bonheur n'ont pas la même action sur notre organisme et en particulier au niveau des gênes CTRA, responsables de nos réactions immunitaires.

  • Le bonheur hédonique supprime certaines parties des gênes CTRA qui gardaient en mémoire des agressions virales antérieures. Les réactions immunitaires deviennent alors moins efficaces contre de nouvelles agressions. Notre organisme se retrouve fragilisé.
  • Le bonheur eudémonique, quant à lui, modifie les séquences des gênes CTRA, permettant au système immunitaire de devenir plus efficace contre les nouvelles agressions que subit notre organisme.

psycho-genes-repondent-bonheur-pnas-L-HOii4CAinsi, le bonheur eudémonique serait un facteur, parmi d'autres, qui favorise la résistance de notre organisme aux agressions virales. Il serait donc un facteur favorisant la bonne santé physique.

 

Il serait intéressant de reproduire cette expérience sur un plus grand échantillon et de développer les groupes en fonction du type de métier.

En effet, si nous allons au delà du raisonnement de ces chercheurs, les professionnels de la santé ou du social auraient un meilleur facteur contributif à une résistance aux agressions virales que des professionnels qui exercent des métiers plus centrés sur des bénéfices immédiats et personnels comme les traders. Ceci est évidemment caricatural, puisque d'autres éléments tels le niveau de vie, la qualité de l'alimentation, la pratique d'un sport, la possibilité de se soigner facilement, etc, rentrent également en ligne de compte sur l'état de santé de chacun.

 

En conclusion, le bonheur eudémonique ne contribue évidemment pas à lui seul à la résistance aux agressions virales. Mais, il serait intéressant de suivre les évolutions de cette recherche, car la confirmation de l'importance du procédé utilisé pour son propre bonheur, hédonique ou eudémonique, pourrait déterminer une autre façon de vivre en société et donc en entreprise.

 

Sources : http://www.pnas.org/content/suppl/2013/07/26/1305419110.DCSupplemental/pnas.201305419SI.pdf

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ouverture de porte paris 15 13/10/2014 22:13

Je vous complimente pour votre critique. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez

Marc Desrosiers 26/02/2014 15:32

Bonjour, je demeures à Québec au Canada.. J'ai lu votre article et je l'ai trouvé intéressant. Je pense qu'il faut déceler en entreprise les occasions où on peut créer de la satisfaction avec les autres. Je suis étonné tout de même qu'on puisse y avoir des traces au niveau physiologique
Marc

Ballereau 13/02/2014 12:14

Ma fille désire étudier pour devenir psychologue d'entreprise, si possible sur Paris ou Ile de France.
Pouvez -vous nous conseiller une bonne formation???