Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
La psychologie du travail a-t-elle sa place dans le monde des RH?

Le stress dans le monde du travail

Il existe plusieurs définitions du stress selon que vous le considérez comme :

  • agent stressant : pour certain le stress peut être défini comme l'élément qui nous stimule,
  • phénomène physiologique d'adaptation de notre système nerveux,
  • ou la pathologie résultante des deux premières.

Il y a un amalgame des trois dans les esprits tels que nous ne faisons parfois plus la différence dans nos discussions.

L'erreur a été de déifier le soi disant bon stress et de vouloir en faire un mode de management.

Productif dans un premier temps, il entraine à plus ou moins rapide échéance l'usure de l'individu.

 

La physiologie du stress, la réponse de notre organisme est la même pour tous. Je ne rentrerai pas dans les détails des actions des hormones les unes sur les autres, dont la conclusion est hypertension, cholestérolémie ou hyperglycémie. Il faudrait de longs paragraphes pour expliquer ce mécanisme de façon juste, précise et claire. Pour cela, je vous renvoi aux adresses suivantes : http://n.khan.free.fr/COURS%20PDF/Physiologie%20du%20STRESS.pdf  et  http://www.inrs.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/Dossier%20Stress/$File/Visu.html#ancreMecanismes

 

Dans le monde du travail, plusieurs modèles explicatifs de la survenue du stress ont été conçus.

LARARUS & FOLKMANN ont réalisé un modèle transactionnel du stress. Il existe une interaction entre la personne et son environnement, qui par un feedback (boucle rétroactive) réajuste le comportement. Le stress réside alors dans cette transaction biopsychosociale entre la personne et l’environnement.

Ce n’est pas la situation qui est stressante, mais la perception qu’à l’individu de la situation qu'il pense pouvoir gérer ou non.

Le modèle SIEGRIST est basé sur l'équilibre entre les contributions et les rétributions. La rupture de cet équilibre, lors d’une situation de travail caractérisée par une combinaison d’efforts élevés (investissements, rupture entre espace privé et espace professionnel) et de faibles récompenses (salaire insatisfaisant, le manque d’estime et de respect au travail, faible sécurité de l’emploi, faibles opportunités de carrière), entraine de réactions pathologiques sur le plan émotionnel et physiologique.

Le modèle de KARASEK croise la demande psychologique (contraintes liées à l’exécution de la tâche, complexité...) et la latitude décisionnelle (contrôle sur son travail et utilisation des compétences).

 

Le stress est envisagé avec des composantes affective, cognitive, sensorimotrice, endocrinienne, en interaction les unes avec les autres. Les conséquences du stress sont l'irritabilité, la colère, l'angoisse, la maladie....Le stress perçu est subjectif, nous ne sommes pas égaux face au stress, il y a des hypersensibles, des résistants. Nous prenons en compte nos réalités internes et externes. Appliquées au travail, les réalités externes sont les relations, l'ambiance, la tâche, les caractéristiques de la tâche,… et les réalités internes sont la personnalité, l'histoire de vie, …

 

Une fois le stress en place, les   sont de deux types :

- Stratégies défensives : Stratégies négatives visant à soulager ou à éviter l’anxiété sans résoudre les causes.

- Stratégies constructives : Stratégies comportementales permettant l’ajustement (coping) de la personne aux conditions de son milieu, l’augmentation de ses possibilités d’action et l’accroissement de sa satisfaction générale

 

Il existes quelques règles personnelles à mettre en place afin de diminuer le stress au travail une fois le diagnostic de stress professionnel posé:

  • Optimiser son niveau de stress
  • Oser s'affirmer
  • Gérer ses émotions
  • Gérer les agressions

 

Pour gérer au mieux son niveau de stress, l'individu a besoin de soutien social. Le soutien se définit comme « un ensemble de ressources fournies par les autres » (Cobb, 1976).

Le premier soutien social peut (doit) être le cadre par une communication efficace en toutes circonstances :

  • Analyse de la communication dans l’équipe
  • Reconnaître les mérites d’un collaborateur
  • Écouter une demande, une critique
  • Critiquer en argumentant

Il doit être le médiateur dans les éventuels conflits opposant des collaborateurs.

 

Le stress a perdu de son charme mobilisateur dans les entreprises. De plus en plus, de formations à sa gestion sont mises en place afin d'aider les salariés. Il serait peut être temps d'envisager aussi un nouveau mode de management!

 

Marguerite Weber (6/09/10)

Partager cette page

Repost 0