Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
La psychologie du travail a-t-elle sa place dans le monde des RH?

Qui sont les victimes de HM?

Le point commun entre les différents types de harcèlement est le choix de la victime: c'est une personne qui dérange d'une manière ou d'une autre son ou ses harceleurs.

Il n'y a pas de prédisposition particulière pour devenir une victime de harcèlement moral. Pourtant, une victime n'est pas choisie au hasard et contrairement à ce qu'on pourrait penser, elle n'est pas plus faible ou plus vulnérable qu'une autre personne. Au contraire, la victime présente des qualités certaines, une vitalité, des passions, des idées, ou une reconnaissance des pairs que son bourreau n'a pas, qu'il envie et veut s'approprier.

La véritable raison du harcèlement moral est que la victime est gênante pour l'auteur de harcèlements ou s'est opposée à l'autoritarisme d'un chef et refuse de se laisser asservir. C'est donc parce qu'elle résiste à l'autorité, malgré les pressions, qu'elle devient une cible à atteindre.

 

harcelementLa victime, contrairement aux présupposés communs (Hirigoyen, 1998), est assez forte de caractère, douée, équilibrée et dotée d'une grande vitalité, mais elle est encore hésitante et a besoin de se prouver quelque chose. Cette hésitation sur ses propres compétences la rend vulnérable. Le harcèlement est rendu possible parce qu'il est précédé d'une dévalorisation de la victime par l'agresseur, dévalorisation acceptée et cautionnée par le groupe.

 

La cible idéale est donc une personne consciencieuse ayant une propension à se culpabiliser et à se remettre en question. C'est une personne qui assume une importante masse de travail pour se donner bonne conscience, qui rend service et est attachée à l'ordre. Si cette personne a le sentiment de ne pas être à la hauteur, ce que n'hésite pas à lui faire remarquer le harceleur, elle essayera d'en faire plus, de se corriger, s'exposant et culpabilisant encore plus devant l'insatisfaction à laquelle elle fait face, et se fragilisant par la même occasion. De plus en plus fragilisée par des attaques répétées et par une culpabilisation grandissante, la victime sombre rapidement dans la maladie et la dépression. Elle reste paralysée devant les agressions qu'elle ne comprend pas. Ce n'est que plus tardivement que la victime comprend qu'elle a été manipulée.(Dejours, 1998, 2003 ; Hirigoyen, 1998 et 2001 ; Leymann, 1996 ; Ravisy, 2000 ; Rhodes. & Rhodes, 2000 ; Romanens, 2003).

 

Pourtant, même si la victime a pris conscience de l'acte de harcèlement, celle-ci n'entreprend pas immédiatement des démarches afin de sortir de ce cercle infernal. Pourquoi?

Et n'oublions pas que comme nous pouvons, vous et moi être harceleurs, nous pouvons aussi devenir vicitmes!

 

 

Marguerite Weber (8/09/10)

Partager cette page

Repost 0